Le chaos règne ces jours-ci à Washington et tout le monde sur le pont des médias sociaux. Donald Trump entre dans ses derniers jours à la Maison-Blanche et tout le monde l’aura remarqué. Ou bien l’ont-ils fait ? Twitter va-t-il y mettre un terme ? Et est-ce de la censure ? Nous présentons ci-dessous les questions juridiques.

Make America great again

Nous nous y sommes habitués. Le président des États-Unis d’Amérique réfléchit à voix haute via des tweets. Ces trois dernières années, Donald Trump a considéré Twitter comme le moyen idéal pour s’adresser au peuple américain en sa qualité de président. Les plateformes de médias sociaux ont beaucoup évolué ces dernières années et sont également devenues plus strictes en ce qui concerne les contenus préjudiciables. Trump a reçu des avertissements occasionnels et ses tweets ont souvent été qualifiés de faux par Twitter, mais son interdiction définitive le week-end dernier a été une surprise.

Deux jours après avoir pris d’assaut le Capitole, Trump a tweeté ce qui suit :

« The 75,000,000 great American Patriots who voted for me, AMERICA FIRST, and MAKE AMERICA GREAT AGAIN, will have a GIANT VOICE long into the future. They will not be disrespected or treated unfairly in any way, shape or form! »

Peu de temps après, il a également eu la gentillesse de répondre à la question d’un million de dollars :

« To all of those who have asked, I will not be going to the Inauguration on January 20th. »

Les événements de Washington étant encore frais dans la mémoire, Twitter a décidé de suspendre le compte de Trump, d’abord temporairement, puis définitivement. Tous ses messages ont été mis hors ligne. Une annonce officielle de Twitter a déclaré que cela avait été fait parce qu’il était très probable que les tweets encourageraient et inspireraient les gens à répéter les actes criminels au Capitole américain du 6 janvier 2021. Une décision également soutenue par d’autres grands réseaux sociaux, tels que Facebook.

Cadre juridique

Twitter est une société privée. Aux États-Unis, les entreprises privées sont en principe autorisées à décider elles-mêmes de ce qu’elles veulent et ne veulent pas autoriser sur leur plate-forme. Sur la base de ses propres conditions de service, Twitter a décidé de supprimer le compte. En d’autres termes, Twitter peut interpréter « l’incitation à la violence ou à la haine » comme il l’entend. Est-ce un acte de censure, et donc une violation du droit fondamental à la liberté d’expression ?

En Europe, l’article 10 de la CEDH protège la liberté d’expression. Si nous passons à la nouvelle directive sur les services de médias audiovisuels, nous constatons qu’en modérant le contenu (par exemple en supprimant les vidéos qui violent les conditions de service, comme le porno), la liberté d’expression doit toujours être respectée, ainsi que le pluralisme des médias. Malheureusement, il est trop tôt pour voir comment la CJCE va tracer cette limite délicate. La marge de manœuvre des plateformes vidéo dans cette nouvelle directive se résume à la même chose : des obligations légales s’appliquent aux fournisseurs, mais ces règles peuvent être interprétées très strictement au sens de leurs propres conditions générales.

On pourrait dire à juste titre que le contenu peut être retiré trop rapidement. Les fournisseurs de plateformes en ligne ne veulent évidemment pas risquer de prendre des responsabilités des contenus qui incitent à la violence ou à la haine. Logiquement, ils interviendront à temps.

Censure

Vous pouvez faire la comparaison avec la décision de Facebook de retirer les photos et vidéos de Père Fouettard de sa plateforme pour des raisons discriminatoires. Facebook peut parfaitement le faire en se basant sur ses propres conditions générales. La critique est que les acteurs mondiaux – car c’est ce qu’ils sont devenus entre-temps – tels que Facebook et Twitter portent des jugements sur le bien et le mal. À maintes reprises, l’équilibre entre une protection adéquate des utilisateurs de la plate-forme, d’une part, et la garantie de la liberté d’expression, d’autre part, s’avère tout sauf évident.

Vous pouvez vous demander s’il est judicieux de laisser à ces fournisseurs une telle marge de manœuvre pour l’interprétation des règles sur leur propre plate-forme. Mais ce n’est pas si simple. Il suffit de penser au livestream de l’attaque terroriste de Christchurch (Nouvelle-Zélande) sur Facebook. Les régulateurs nationaux fixent des règles cadres, les plateformes les élaborent et interviennent ensuite elles-mêmes. Les fournisseurs de plateformes sont les mieux placés pour décider efficacement et à un stade précoce, sans intervention d’en haut, des contenus qui apparaissent en ligne. L’intelligence artificielle qui découvre les contenus préjudiciables est gérée par ces entreprises, tout comme les équipes de modérateurs qui interviennent lorsque les ordinateurs échouent (human-in-the-loop).

Conclusion

Il est difficile de s’entendre sur toutes ces questions. Un consensus existera sur le fait que la liberté d’expression et les médias sociaux ne se mélangent pas trop bien. Apple et Google ont également décidé de retirer de leurs appstores « Parler », une autre plateforme favorite des supporters de Trump. Big Tech, too much power ? Des décisions comme celle-ci transcendent la discussion sur la liberté d’expression, et mettent même la carte de la concurrence sur la table.

Bien sûr, il est plus facile d’agir contre Trump maintenant qu’il est poussé vers la sortie. Le timing de la décision de Twitter fait donc sourciller, d’autre part pas du tout. Ces tweets étaient-ils vraiment dangereux maintenant ? Y avait-il un risque important d’une autre agression? Jugez par vous-même. Il peut sembler inconfortable que deux milliardaires de la Silicon Valley prennent une « décision démocratique » de leur propre chef. Cependant, le droit à la liberté d’expression n’est pas absolu. Twitter n’a pas craqué un fortune cookie, mais a supprimé un message politique en faveur de la sécurité publique. Un message qui pourrait être lu par 88 millions de personnes.

Êtes-vous également confronté à des contenus douteux, et doutez-vous de la manière de les traiter ? Contactez-nous à l’adresse hallo@dejuristen.be !

Rédigé par Emiel Koonen, Legal Adviser lesJuristes, et Kris Seyen, Partner lesJuristes

Nos services

Technologie de l’information

Propriété intellectuelle

Vie privée

e-Compliance

Onze website gebruikt cookies en verzamelt informatie over je bezoek om onze website te verbeteren. Bekijk onze  Cookie verklaring en maak hieronder een keuze.

Cookie settings

Hieronder kan je kiezen welke soorten cookies je toelaat op deze website. Klik op de  "Save cookie settings" knop om je voorkeuren op te slaan.

Functionele cookiesOnze website gebruikt functionele cookies. Deze cookies zijn noodzakelijk om de website te doen werken.

Analytische cookiesOnze website gebruikt analytische cookies om het gebruik van de website te analyzeren en te optimaliseren.

Social media cookiesOnze website plaatst sociale media cookies om 3rd party content to tonen. Deze cookies kunnen mogelijks je persoonlijke data tracken.

Advertentie cookiesOnze website plaatst advertentie cookies om je 3rd party advertenties te tonen op basis van je interesses.

Andere cookiesOnze website plaatste 3rd party cookies van andere 3rd party diensten die geen analytische, social media of advertentie cookies zijn.